Former l’Ingénieur Citoyen

De l’intérêt de l’histoire et autres disciplines "annexes"

lundi 28 décembre 2009

L’annonce d’une possible suppression ou tout au moins d’une diminution du programme d’histoire-géographie en section scientifique a fait fleurir un certain nombre de réactions dans les médias. La formation des ingénieurs est dans un certain sens concernée, puisque la section "S" fournie la grande majorité des futures promotions. Dominique Bernardini, ingénieur, s’intéresse ici au sujet du point de vue du futur des jeunes ingénieurs, et de la profession dans son ensemble.

Il est surprenant de constater que la suppression ou la marginalisation des matières baptisées humanités ne répond pas aux demandes du monde industriel ou devrais je dire "des mondes industriels". Ce qui ressort fréquemment des discussions avec les décideurs des grandes entreprises est la nécessité de disposer d’ingénieurs ouverts sur le monde. Ils considèrent en effet que les différentes techniques utilisées au quotidien dans l’entreprise sont apprises assez rapidement et qu’ils préfèrent des ingénieurs capables d’apprendre rapidement que des ingénieurs dont la tête est remplie de connaissances menacées d’une obsolescence rapide.

J’ajouterai par ailleurs que dans la carrière d’un ingénieur la phase purement technique se limite à peu près à une dizaine d’années. La préoccupation technique fait ensuite place aux activités dites de "management" ou en Français d’encadrement. C’est alors que les entreprises s’aperçoivent (à tort ?) de l’inculture de leurs ingénieurs et investissent à grand frais dans ce que l’on baptise "développement personnel". Il existe même des formations destinées à permettre la rédaction de courriers et autres documents écrits tant il est vrai que certains ingénieurs sont dans l’incapacité de rédiger un document de synthèse qui ne se résume pas à une liste de chapitres et sous chapitres.

Ces formations coutent en fait bien plus cher que lorsqu’elles sont dispensée au sein de l’éducation nationale et ne permettent que d’obtenir un vernis masquant des lacunes souvent profondes. La réceptivité et la motivation d’un ingénieur en activité à 30 ou 40 ans sont bien plus faibles que celles d’un étudiant de 18 ans. A l’heure ou la capacité d’un ingénieur d’agir dans le contexte international devient un incontournable il est difficile de justifier l’appauvrissement culturel de ces dernières. Comment comprendre un Chinois, quelle différence entre un coréen et un japonais ? pourquoi parle-t-on portugais au Brésil et espagnol en Argentine ? les québécois sont-ils plus proches des Etats-Unis que de la France ?

Les grandes découvertes furent souvent le fruit de hasards et d’opportunités saisies par des esprits ouverts et non de séances pilotées par des "spécialistes de l’innovation" qui chacun vendent leurs séminaires et méthodes. La mise en perspective fournie par l’histoire et la géographie permet de percevoir le contexte qui permit de grandes inventions mais aussi celui qui empêcha la créativité et l’innovation souvent muselées par la pensée unique de l’époque. La créativité, l’innovation, l’intelligence collective furent expérimentées et pratiquées tout au long de l’existence de l’humanité, permettons à nos futurs décideurs de ne pas être dupe des "nouvelles méthodes" censées les transformer en "créatifs coopérant" alors que les recettes proposées ne sont que des "ersatz" aux résultats médiocres. A l’heure où nous sommes confrontés à la concurrence/coopération avec la Chine ou l’Inde, il est nécessaire de percevoir les différences entre modes de pensée occidentaux et non occidentaux et dépasser le simple fait que le salaire horaire est dix fois plus faible qu’en Europe.

Une raison, mais n’est ce pas déraison de la marginalisation, pourrait être liée au fait que pendant très longtemps l’histoire fut considérée comme le refuge de professeurs communistes et que leurs cours étaient un lieu d’endoctrinement peu compatible avec le développement de la marchandisation de la planète, je laisse à chacun le loisir de réfléchir à ce sujet.

Dominique Bernardini


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 1579 / 48860

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Penser l’Ingénieur Citoyen  Suivre la vie du site Observatoire des opinions   ?

Site réalisé avec SPIP 2.1.26 + AHUNTSIC

Creative Commons License